mardi 9 juillet 2013

Critique #83 : Little Annie Rooney Volume 2


Little Annie Rooney est un comic strip créé à la demande de King Features Syndicate en 1927. L'ambition de ce syndicate était d'exploiter le filon mis à jour par le Chicago Tribune Syndicate avec la création d'Harold Gray : Little Orphan Annie. Le premier strip fut publié le 10 janvier 1927 et continua jusqu'en 1966. Plusieurs artistes se succédèrent pendant toute la durée de vie du comic strip : Ed Verdier (de 1927 à 1929), Ben Batsford en 1930 ainsi que le duo Brandon Walsh et Darrell McClure à partir de 1931 (ce dernier débarque sur le strip en 1930. McClure poursuivra tout seul (avec deux assistants tout de même) de 1953 à 1966). A noter qu'un sunday strip fut lancé en 1934 avec Nicholas Afonsky aux manettes.


Comme nous le disions précédemment, Little Annie Rooney a été créé pour profiter de la popularité du strip Little Orphan Annie. Il était donc normal de retrouver quelques similitudes entre ces deux strips. Les deux héroïnes s'appellent Annie. Elles ont toutes deux un chien qui les accompagne partout (celui d'Annie Rooney s'appelle Zero). Elles sont toutes deux oprhelines. Et elles ont à peu près le même âge. Malgré ces ressemblances, il faut tout de fois reconnaître que le ton des deux strips est assez différent, chacun suivant sa propre voie. Et c'est probablement grâce à cela que le strip dura aussi longtemps.

Dans ce second volume proposé par l'éditeur Futuroplis, nous avons l'occasion de suivre Annie dans quatre histoires (qui n'en forment qu'une au final). Ces histoires ont été publiées en 1939 et 1940. Elles sont donc l'oeuvre de Brandon Walsh et Darrell McClure. Ces histoires nous montre une Annie livrée à elle-même. Elle voyage pour s'en sortir. Un jour, elle rencontre une vieille dame qu'elle va aider. La gentillesse de la jeune fille va la toucher, ce qui la conduira à recueillir notre héroïne. Annie l'aidera de nombreuses fois, même quand sa bienfaitrice aura de gros ennuis. Ses diverses aventures conduiront la petite fille et son chien vers de nouveaux bienfaiteurs (qui eux aussi l'aideront du mieux qu'ils peuvent)...


Cette lecture m'a assez plu. Les histoires sont agréables à lire. C'est rempli de bonne volonté. Tous les personnages sont gentils. Tout le monde trouve Annie attendrissante. Tout le monde veut l'aider. C'est une vision intéressante de la création d'une histoire. Jusqu'à un certain point. En effet, je trouve ce côté très positif (qui englobe ce strip) plutôt sympathique. Mais un minimum d'adversité n'aura pas fait de mal. Là où la Annie d'Harold Gray (de Little Orphan Annie donc) en bave un peu dans la vie et dépeint un monde plus dur, Annie Rooney semble vivre dans un monde idyllique. Elle a beau être orpheline, tout semble lui sourire. Et à force, je dois dire que je me suis un peu lassé de cette histoire. Je la lisais plus par automatisme qu'autre chose. C'est un peu dommage. Graphiquement, le style de Darrell McClure me plaît beaucoup. Son style est plus réaliste que ce qu'on peut voir dans le strip d'Harold Gray.


En ce qui concerne le livre en lui-même, l'édition est similaire à l'ensemble de la gamme de strips publiés par Futuropolis (format à l'italienne, 2 strips en noir et blanc par page, la reproduction est bonne). Le gros point noir pour moi est l'absence totale de contenu. Je n'attendais pas à un gros dossier dans la mesure où ce livre est un volume 2. Mais j'aurais tout de même aimé une petite présentation du strip et du personnage. Car j'imagine qu'une partie des lecteurs ont été dans la même position que moi. Il est possible qu'ils aient découvert ce strip grâce à ce volume. Et là, on attaque directement la lecture, sans savoir véritablement qui est qui et qui fait quoi. C'est regrettable.


Little Annie Rooney Volume 2 aura donc été une lecture sympathique, sans plus. Ce n'est clairement pas un must have dans sa collection. Préférez plutôt l'original à la "copie".

Intérêt global : 3/5
Note du livre : 3/5
(à cause de l'absence de rédactionnel)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire