lundi 16 février 2015

Focus sur deux livres qui valent le détour

L'ami Xof esse m'a envoyé cette présentation de deux livres qui peuvent valoir le détour pour tout amateur de comic strip.

Bande dessinéeet Revues, essais & documents

L’Age d’or de la BD - Les journaux illustrés, 1934-1944
de Jean-Jacques Gabut 
Herscher 2004 /  49 €- 320.95  ffr. / 188 pages
ISBN : 2-7335-0368-5
FORMAT : 26 x 35 cm

Une décennie illustre

Un doux parfum de nostalgie règne dans ces pages. Jean-Jacques Gabut revient sur ses lectures de jeunesse et dresse l’inventaire des nombreux journaux illustrés français qui s’étalent durant plus d’une décennie dans les rayons des libraires… ou des épiceries ! Grand amateur de bandes dessinées et lui-même collectionneur, Jean-Jacques Gabut expose dans ces pages son amour pour le genre, et plonge son lecteur dans un grand bain de jouvence, lui rappelant des noms connus mais oubliés, des héros aujourd’hui disparus mais dont le souvenir reste vivace pour tous les bédéphiles. Au fil de ces pages richement illustrées, le lecteur croise ainsi le chemin de célébrités (Mandrake, Flash Gordon, Tarzan ou Dick Tracy…), mais aussi de héros passagers aux noms exotiques et pleins de promesses (Rudy le justicier mexicain, Jeannette l’orpheline héroïque…).

Déroulant le fil chronologique de ces parutions, Jean-Jacques Gabut focalise son attention sur la décennie 1934-1944, symbolisant pour lui le premier âge d’or de la bande dessinée en France (et non de la bande dessinée française, nuance !...). L’auteur montre bien comment les nombreuses bandes dessinées venues des Etats-Unis envahissent peu à peu les pages des journaux français, et font ainsi exploser le marché des illustrés. Ce débarquement avant l’heure apporte son lot de séries cultes, de héros courageux, de fantaisie et d’évasion. En octobre 1934, Paul Winkler édite sous l’égide d’Opera Mundi le premier numéro du Journal de Mickey. Dans le petit monde des publications illustrées, ce nouvel hebdomadaire en couleurs et grand format fait l’effet d’une bombe, « une tornade en Technicolor », et les suiveurs seront nombreux à se lancer aux trousses de la souris de Walt Disney. Le résultat est une multitude de revues publiées, chacune ayant un credo, une spécialité, une série culte. La guerre mettra fin à l’importation des bandes américaines et permettra logiquement aux dessinateurs français de pouvoir à nouveau s’exprimer avant la prochaine offensive… venue cette fois de Belgique.

Consciencieux et précis, l’auteur consacre donc la majeure partie de son ouvrage à présenter largement chaque publication : Hop-là !AventuresRobinson… Toutes les grandes revues sont recensées et les principales séries qu’elles contiennent sont citées et parfois critiquées. L’originalité d’une série venant parfois d’un titre subissant les affres de la version française : dans sa première traduction française, Superman portait ainsi le doux nom de Yordi !

Jean-Jacques Gabut réduit les faits historiques à une portion plus que congrue : Occupation, Libération, loi de 1949… Les événements sont brièvement rappelés permettant un large aperçu des périodes et de leur singularité. Ainsi, sous le régime de Vichy, les bandes dessinées américaines vont naturellement se faire de plus en plus rares, et l’on apprendra à reconnaître les publications à la gloire du Maréchal. Si le texte de Jean-Jacques Gabut tourne parfois à l’inventaire un peu fastidieux pour qui ne s’intéresse que de loin à cette période, la qualité iconographique de l’ouvrage ne peut que ravir tous les amateurs. Le large format choisi par les éditeurs permet des mises en pages amples et aérées, mettant parfaitement en valeur les nombreuses planches et vignettes. C’est à chaque nouvelle page tournée, une agréable surprise, une retrouvaille avec un héros autrefois chéri, ou, plus simplement, un émerveillement devant la qualité plastique de certains travaux.

Le livre est augmenté d’un index très utile pour qui cherche à retrouver rapidement une série et son support. Si L’âge d’or de la BD n’est pas à proprement parler un livre historique à la documentation exhaustive, il n’en reste pas moins un ouvrage réellement passionnant à découvrir, comme la vieille malle remplie de costumes au fond du grenier. Et qui sait, peut-être ce livre sera-t-il pour quelques-uns de ses lecteurs le premier pas vers une vocation de collectionneur.

Alexis Laballery
( Mis en ligne le 12/03/2005 )Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2015

___________________________________

 

 
Tout amateur de science fiction qui se respecte se doit de connaître cette période bénie où, dans les années 30, 40 et 50 fleurirent ces incroyables publications qui abreuvèrent la jeunesse de l'époque d'histoires sensationnelles. Aventures exotiques, intrépides héros, mondes étranges et lointains sur terre mais aussi sur d'autres planètes...Une incroyable diversité que rien n'égale aujourd'hui, tant la richesse et l'innovation furent à cette époque le maître mot. Tout un monde coloré et sensationnel que les collectionneurs d'aujourd'hui s'arrachent à prix d'or car malheureusement la mauvaise qualité du papier d'impression et le dédain affligeant dont ces publications furent l'objet à une certaine époque, rendent assez difficiles les travaux d'exhumations.

Je n'ai pas la chance d'avoir un grand-père ou un père, qui depuis sa tendre enfance aurait conservé jalousement des série complètes du « Journal de Mickey » de « Robinson » de « Hop-là !» de « Hurrah ! » ou de « l'aventureux », des titres qui résonnent à mes oreilles comme la promesse d'heures de lectures passionnantes, à suivre les exploits de « Flash Gordon » « Mandrake, le magicien », « Brick Bradford », « Bernard tempête » , « Buck Rogers » et autres « Jim la jungle ». Un monde chatoyant, bouillonnant, aux dessins vifs et enlevés, ou d'un simple trait c'est tout le génie et l'inventivité du dessinateur qui nous sont ici révélés.

Nous ne pouvons que rêver devant cette période enchanteresse, où les gamins, loin du brouhaha et de la pollution télévisée, pouvaient se plonger avec ravissement dans cet univers fait de courage et de loyauté, où de charmantes créatures étaient prisonnières de princes félons et de créatures improbables. C'est par le plus pur des hasards que j'ai découvert dans une librairie de Barcelone l'ouvrage de Jean-Jacques Gabut « L'age d'or de la BD, les journaux illustrés 1934-1944 » aux éditions Herscher. Je dois avouer, non sans une certaine honte, être passé à coté de cet ouvrage merveilleux lors de sa parution et cela failli être un crime de lèse majesté si je n'avais découvert et décoré cet ouvrage absolument magnifique. Presque 190 pages, très grand format sur du papier glacé, superbe iconographie respectant semble t-il les magnifiques couleurs de l'époque, cet album se lit comme un formidable roman.

Après un court passage sur les origines de la bande dessinée, l'auteur s'attarde sur les périodiques de la période mentionnée sur le titre et nous parle avec une réelle passion, pour ne pas dire amour, de toutes ces revues qui bercèrent son enfance et celle de son frère. En faisant ainsi l'apologie et ce à juste titre d'ailleurs de Paul Winkler, fondateur en France de la revue « Le journal de Mickey », « Robinson » et « Hop-là ! »c'est un hommage sincère et chaleureux que l'auteur fait à cet homme extraordinaire, ami de Walt Disney et qui compris très rapidement tout le potentiel qui pouvait ainsi se révéler dans le jeune public Français. Ce qu'il y a de plus extraordinaire, c'est que face au succès des publications de « Opéra Mundi » d'autres vont ainsi relever le défi comme « La librairie moderne » qui lancera « Jumbo » puis « Aventures »suivront de très prés « Les éditions mondiales » avec « L'aventureux » et « Hurrah ! », sans oublier « Junior » et « L'as », lancés quand à eux par la « Société Parisienne d'édition ».
Tout un « opéra de papier » faisant la part belle aux aventuriers Américains certes mais lorsque l'on regarde la qualité des textes et des dessins, nul doute n'est possible qu'à cette époque nos « petits jeunes » durent une sévère « claque » dans les dents. Lorsque je contemple les reproductions des pages de « L'astucieux » avec ces magnifiques planches de « Tarzan » ou « Superman », les bras m'en tombent tellement c'est beau....

Je me mets à rêver face aux planches en couleurs de « Guerre à la terre » de Auguste Liquois dont nous n'avons hélas qu'une réédition en noir et blanc. Je frémis de Jalousie en voyant la couverture du N° 7 de la revue « Le téméraire »,certes une revue « Collabo » mais dont le sommaire « Les automates » ne manque pas de ma faire saliver, sans oublier ses magnifiques couvertures (superbes planches de « Vers les mondes inconnus » de Auguste Liquois) avec des sommaires tout aussi jouissifs : « La quatrième dimension », « Le mystère de l'Atlantide », « Les ancêtres de l'homme » etc... A la lecture de cet ouvrage divisé en plusieurs chapitres toujours bien documentés, j'ai découvert une multitude de choses non seulement intéressantes mais utiles pour qui veut bien se pencher et comprendre les mécanismes et l'influence sur la bande dessinée Française de cette véritable déferlante de héros Américains. L'auteur est une véritable mine de renseignements et sa plume aussi enflammée que passionnante à lire, ravira j'en suis certain les inconditionnels du genre ou ceux, qui comme moi tentent de découvrir et de comprendre ce véritable phénomène dont finalement nous entendons très peu parler.

Ouvrir le magnifique ouvrage de Jean-Jacques Gabut, c'est faire une plongée fabuleuse dans le temps, se baigner dans un univers a la fois magique, envoûtant et merveilleux, se laisser submerger par des couleurs à la fois chaudes et criardes au cotés de héros intemporels dont la notoriété et la magnificence ne pourront que traverser l'histoire la tête haute. Un fois de plus toute une période dont on parle très peu et qui ne survivra que grâce à la verve passionnante et passionné de tous ces archéologues du merveilleux qui mènent un combat solitaire et anonyme et ce pour notre plus grand plaisir.

Vous vous en doutez, un volume qui vient de me procurer un immense plaisir et je ne peux que vous conseiller, se cela n'est déjà fait, de vous précipiter chez votre libraire préféré et de commander sans plus tarder cet « Age d'or de la BD », indispensable à toute bonne bibliothèque des amateurs du genre.
Outre un précieux index, la fin de l'ouvrage comporte également une partie consacrée aux « Grands comics, les héros et leurs périodiques préférés » un entre aux « Tirage des journaux de l'age d'or » et enfin

« L'age d'or de la BD, les journaux illustrés 1934-1944 » par Jean-Jacques Gabut. Editions Herscher.2004


_____________________________


Deux livres très intéressants donc. Ils seront peut être difficiles à trouver en neuf, mais il est possible de les trouver en occasion. :)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire